Au Bugarach

Tu marches devant moi et tes cheveux balaient le ciel,
Découvrant une fenêtre devant nous grande ouverte,
Bouche ronde et dorée d’un coucher de soleil,
Nous passons à travers, contre vents et marées,
Car c’est là-haut que nous attend, l’infini étoilé,
Insatiables arpenteurs cheminant nos pensées,
La montagne est ce rêve que nous réalisons ensemble,
C’est la voie qui abreuve soif de vivre et appétit d’aimer,
Et voilà le sommet, mon cœur vole mon cœur tremble,
Tu es là, tendu vers le ciel, mon bouquet d’étoiles,
Ce soir, nous cuisinons nos songes au feu du mont sacré,
Au Bugarach de notre amour nous sommes arrivés,
Mais nous rêvons déjà aux prochaines escalades,
Aux monts à venir, cathédrale minérale, vaisseaux rochers,
Tous ces mondes qui unissent nos cœurs en une seule envolée.