En haut des escaliers

En haut des escaliers, sous la lune, le vent chaud soulève mes cheveux, s’engouffre dans ma robe, remonte le long de mon bras, caresse mon aisselle, tissu gonflé par le souffle de l’été, je suis un parachute, je pourrais m’envoler, mais je reste là, en haut des escaliers, le regard tourné vers la lune, pleine, du haut des escaliers, je l’observe, halo doré, je remonte le courant de mes pensées et comme elle, je suis prête, j’accouche de ma lumière, ce soir même je serai, tournesol et bouton d’or, jonquille et muflier.