Mon parcours

Voyageuse à travers les mondes

Gardienne de la langue-mémoire 

Durant 9 ans,  j’ai suivi l’enseignement d’un chaman, je me suis initiée à ses côtés aux profondeurs de mes ombres, aux dérives de mon ego, aux joies de ma lumière, j’ai parcouru les mondes, acquis l’enseignement que je devais recevoir, fais plusieurs voyages en Amazonie, pratiqué « les plantes des esprits », Tabac, Ayahuasca, San Pedro… mais aussi le kambo… Difficiles voyages intérieurs et même si mon esprit refusait, mon corps ne pouvait dire non. Je vibrais, développais ma vision et ma médiumnité, toutes les nuits une vieille femme-médecine Oglala (tribu Lakota) habitait mon corps.

Et puis je parlais la langue. Cette langue-mémoire… Cette langue qui « soigne » et qui « enseigne », cette langue qui parle à celui qui désire l’entendre. J’ai peu à peu compris que je n’avais pas besoin de preuves, qu’accepter ou refuser revenait au même et que ce qui devait être, était au delà de mes peurs, tel que mon âme avait décidé qu’elle soit. J’ai eu aussi la chance de rencontrer un gardien du feu qui m’a guidée dans la pratique de la hutte de sudation, l’Inipi, selon la tradition Lakota.

J’ai quitté cet apprentissage il y a quelques années maintenant et ai continué  mon chemin initiatique. En route  j’ai été initiée à la magie et aux savoirs cachés d’Hermès Trismégiste … 
Cette période riche m’a permis de développer mes outils et capacités, d’être dans la gratitude pour toutes ces personnes qui avaient été mes guides, et qui, à leur manière, m’avaient permis de me révéler, d’écouter mon âme qui frappait fort à la porte de mon coeur.
Mon âme aime la magie de celle qui sait et qui guide mes pas et que je nomme la Source.

Sur mon chemin initiatique, ce voyage à travers les mondes, j’ai abordé les rivages du minéral, comme conseillère en lithothérapie et animatrice de stages d’initiation aux minéraux durant 7 ans. L’énergie des pierres et mes connections à l’invisible m’ont amenée à créer des colliers magiques, parures minérales et bijoux de bien-être en résonance avec les énergies de chacun.

Année après année, j’ai compris que je n’étais pas un esprit coincé dans un seul corps arpentant le seul chemin que mes peurs me permettaient de suivre, mais une âme multidimensionnelle, peu importe les qualificatifs dont je souhaitais l’habiller, femme-médecine, médium, lithothérapeute, poète, écrivain, jeune, vieille, parfois merdique, parfois géniale… tout cela est ce qui me constitue et mon âme m’a montré qu’il suffisait que je les laisse vivre ensemble pour pouvoir accepter de vivre cette vie telle qu’elle devait être vécue, tout simplement. En voyageuse à travers les mondes, je suis passée de mes mondes,  aux mondes des autres et aux autres mondes.

Mais le cheminement n’est pas un long fleuve tranquille et continuer à s’initier me paraît être la meilleure façon de ne pas se cristalliser dans sa pratique. Mon dernier voyage en Mongolie en juin 2018, à la rencontre de plusieurs chamanes, dont Enkhetuya (chamane Tsaatan), m’a permis d’assimiler encore plus profondément que la voie qui m’avait choisie était celle de l’évolution constante d’un espace-temps qui n’a de valeur que celle que je m’étais fixée et que peu importe mes réticences, elle était une, inscrite au point zéro de mon âme, je pouvais toujours la fuir (j’y ai souvent pensé ! ), elle était moi et j’étais elle, indissociable. J’ai aussi compris que je devais créer mon masque et mon costume, éléments tout aussi importants pour ma pratique que mon tambour et mes autres compagnons de voyages.

Je remercie celles et ceux qui viendront entendre le tambour, la langue-mémoire, rencontrer les minéraux car ensemble nous voyageons à travers les mondes.

Je remercie toutes les voyageuses et tous les voyageurs à travers les mondes qui éclairent ma route. Ensemble nous cultivons les champs des possibles, nos multitudes, nos infinis, ensemble nous donnons la parole à nos âmes.

 

Les pratiques proposées ne sont qu’un complément à tout soin allopathique.