Nous nous sommes tant aimés

Moi qui suis feu,
Toi qui est eau, toi qui est air,
Au ventre de la Mère, à l’Inipi,
tu m’a permis,
De m’emporter, de m’initier,
D’embrasser la terre,
Sous les étoiles, nus comme des vers,
Tissant notre amour de coton de ciel,
De fils de lumière,
Tu as brodé mon âme de perles de rosées,
Et aujourd’hui, aux temps passés,
Je te remercie d’avoir habiller ma vie de robes de beauté,
Même si,
Oiseau tonnerre,
Je vole, tout feu tout flammes,
Vers d’autres voies lactées,
Tu es mon loup, mon frère,
Puisses ton cœur me pardonner,
D’être cette femme qui court sur les sentiers de sa liberté.