Je reçois des mails, des appels de personnes qui me demandent de l’aide et à qui je dis non et qui s’en offusquent, « comment ça avec tes capacités tu te dois d’aider les gens qui en ont besoin…. »
Je leur dis non  pas parce que je ne souhaite pas les aider mais parce que je ne peux pas les aider, ce n’est pas moi qui décide. Mes capacités sont celles qui m’ont été révélé et réveillé par les esprits lors de ma longue initiation aux mondes invisibles, ma pratique n’est pas en dehors du monde, bien au contraire, j’agis avec lui et il agit avec moi, comme ma pratique, je suis elle, elle est moi, évoluant et se transformant quotidiennement, matière vivante et vibrante, rien n’étant immuable et fixe. Chaque jour je remercie le grand mystère de m’initier sur cette voie même si parfois j’en chie et ce qu’il me montre est que si je laisse mon mental agir selon les volontés du monde actuel, je m’éloignerai de mon âme et resterai bloquée sur ce que je pense être bon pour moi, déconnectée des autres mondes et des vibrantes inter-connexions du vivant au vivant, un suicide personnel qui nous attire tous à différents moments de nos vies.
Accepter d’aider l’autre est une initiation comme accepter de demander de l’aide.
Accepter de ne pas pouvoir aider l’autre est une initiation comme accepter que l’autre ne peut pas vous aider.

Si vous venez me voir, parce que le chamanisme est à la mode et que beaucoup de personnes l’utilise en boite à outils comme une autre de développement personnel, je ne pourrai pas vous aider, pléthores de praticiens vous aideront à cela.
L’harmonie en soi passe par l’harmonie des mondes, ce retour « sur soi » semble régner en force actuellement et se vit malheureusement comme une fin et non comme un début.
Il se matérialise dans certains espaces comme des milliers de petites bulles ici et là autonomes, se nourrissant d’elles-mêmes, peu à peu leurs vibrations se meurent car elles n’interagissent plus avec tous les autres espaces, tous les autres mondes, elles se sont retirées en elle-même et comme dans le mythe de la caverne de Platon ne se nourrissent plus que de la vision projetée des milliers d’autres bulles déconnectées. Bien qu’ayant trouver l’harmonie dans leur propre soi, pour un temps, elles ne participent plus à la grande toile des mondes, tissée de toutes nos énergies. Déconnectées de la toile, nous mourrons peu à peu dans notre petit jus personnel, au chaud, bien en sécurité dans ce que nous pensons le but ultime, être bien ! 

La toile vibre sans vous, vous vibrer sans la toile et l’harmonie se rompt.
Merci de toujours bien réfléchir avec votre coeur, dans votre démarche d’aller vers du mieux.
Merci à celles et ceux nombreux qui l’ont bien compris.

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation